lerenovateur | » Les 10 sites touristiques les plus attractifs du Laos

Les 10 sites touristiques les plus attractifs du Laos

                    
Le Laos compte de nombreux sites touristiques naturels, historiques et culturels. Ces lieux jouent un grand rôle dans le développement socio-économique du pays et dans la réduction de la pauvreté. La richesse et la beauté de ces endroits ont conduit le Conseil européen pour le tourisme et le commerce à décerner au Laos le Prix 2013 de la meilleure destination touristique du monde.

Parmi ces différents lieux touristiques, les 10 endroits les plus attractifs ont fait l’objet d’une sélection et d’un classement sur le site internet Asia web direct (www.visit-mekong.com). La sélection comprend  la ville de Luang Prabang, classée par l’UNESCO au patrimoine mondial de l’humanité, le That Luang, le Vat Sisaket et le Vat Xiengkhouane de Vientiane, la ville de Vangvieng dans la province de Vientiane, le plateau des Bolovens et le Vat Phou de la province de Champassak, la province de Bokéo, la plaine des Jarres de la province de Xiengkhoung et le stupa d’Inhang dans la province de Savannakhet.

La singularité de l’histoire, de la culture et de la vie du peuple lao se reflète dans ces endroits. Ainsi, la ville de Luang Prabang possède plus de 30 pagodes et diverses maisons coloniales mais aussi de nombreux sites naturels tels les étonnantes cascades environnantes. A Vientiane, le That Luang est un stupa quadrangulaire de 35 mètres de hauteur, entièrement doré. Il est entouré d’un cloître doté de deux entrées et de deux pavillons. Quatre temples bouddhiques modernes ont été construits à côté. Situé à 24 kilomètres au sud-est de Vientiane et à quatre kilomètres du premier pont de l’Amitié lao-thaïe, le site unique en son genre de la pagode Xiengkhouane (aussi appelé parc du Bouddha). Encore appelé vat alors qu’il ne possède aucune caractéristique des temples bouddhiques, ce parc est rempli de centaines de sculptures complexes en béton armé ou en briques enduites de ciment d’inspiration hindouiste, bouddhique et animiste. Imaginé par un moine artiste, un certain Luang Phou Bounleua Sulilat, il a été créé grâce aux dons des fidèles dans les années 1950. Suite à l’exil du bonze vers 1975, le parc du Bouddha a été laissé à l’abandon et rouvert au public à la fin des années 1990.